Eine Region als Museum / Une région-musée / A region as a museum

Les musées du Parc Rhénan PAMINA

Bienvenue dans les 14 musées du Parc Rhénan PAMINA !

La présentation d’un paysage muséal unique des deux côtés du Rhin est une caractéristique essentielle du PAMINA Rheinpark/Parc Rhénan. Cette brochure vous permet d’avoir une vue d’ensemble des musées de cette région transfrontalière et de leurs thèmes.

En combinaison avec la Schwarzwald Card ou le Museumspass, l’accès à de nombreux musées et installations est gratuit. Des visites guidées peuvent être organisées sur demande et réservation préalables.

Si vous avez des questions, veuillez contacter directement les responsables des musées respectifs — ils se feront un plaisir d’y répondre rapidement.

Fin 2012, la municipalité d’Eggenstein-Leopoldshafen a acquis la petite ferme classée, située à l’Ankerberg. L’examen des poutres du toit de la maison principale a révélé qu’elle a été construite en 1618. Cela signifie que cet ensemble, composé de la maison principale, d’une buanderie ajoutée dans les années 1950, d’une remise, d’une écurie et d’une grange, est probablement le plus ancien bâtiment résidentiel encore existant dans la municipalité.

Depuis 2014, la rénovation et l’aménagement du musée « Heimathaus » à Eggenstein ont été réalisés presque exclusivement par des bénévoles, avec l’aide d’un architecte expérimenté spécialisé dans les bâtiments classés. En 2015, la maison principale et la baraque ont été ouvertes au public, suivies par l’écurie et la grange en 2016.

Au rez-de-chaussée du bâtiment principal, les thèmes de l’exil, de l’expulsion, de la migration, de l’émigration et de la remigration sont abordés principalement à l’aide de l’exemple des Souabes danubiens. La communauté locale de Siwatz a soutenu les travaux non seulement en fournissant de nombreux objets matériels et de la main-d’oeuvre, mais aussi en apportant une contribution financière pour l’acquisition d’une grande vitrine.

L’étage supérieur du bâtiment principal est consacré à l’histoire d’Eggenstein. Outre la vie scolaire et associative, l’accent est mis ici sur l’émergence d’une petite classe supérieure déterminée par l’esprit d’entreprise bourgeois dans un environnement de travail et de vie encore largement façonné par l’artisanat paysan, ainsi que sur les changements associés dans leur mode de vie.

Un logement de réfugiés typique de l’après-guerre a été reconstruit dans l’ancienne buanderie. À partir de 1946, de nombreuses personnes exilées sont logées dans des conditions d’extrême exiguïté dans deux anciens camps de baraques du Service du travail du Reich et du BDM Landjahrdienst. Pendant de nombreuses années, en plus de participer à l’agriculture du village, ils ont dû gagner leur vie grâce à des activités annexes inventives et au troc.

La dépendance, qui servait autrefois d’écurie et de grange, est consacrée à la présentation de l’artisanat et des métiers typiques du village ainsi que de leurs outils et produits.

Horaires d‘ouverts: Le dimanche de 11h à 16h / Entrée libre

Contact :
Ankerberg 8, D-76344 Eggenstein-Leo.

Katrin Kranich
Gemeinde Eggenstein-Leopoldshafen
Tel.: +49 721 97886-0
info@egg-leo.de
www.egg-leo.de

L’hôtel de ville de Leopoldshafen, construit entre 1720 et 1730 et utilisé par l’administration municipale jusqu’en 1970, a été rénové en 1978-1981 et transformé en musée d’histoire locale. En 1990, le Heimatmuseum de Leopoldshafen a reçu un prix de parrainage dans le cadre du
concours Vorbildliches Heimatmuseum (Musée d’histoire locale exemplaire) de la région de Karlsruhe.

L’ensemble immobilier se compose de la maison principale, d’une dépendance (l’ancienne réserve d’équipement des pompiers), d’une petite remise et de la cour fermée. Le puits de pompage situé devant le musée d’histoire locale correspond aux puits de village qui étaient autrefois courants dans la communauté.

Lors d’une nouvelle rénovation en 2005, des découvertes ont permis d’identifier des bâtiments antérieurs plus anciens. Les arcs à colombages conservés côté rue, qui prouvent l’existence d’une salle ouverte à l’origine, proviennent très probablement d’un bâtiment du XVIe siècle utilisé comme maison des fonctionnaires, des douanes et des écoles.

Au rez-de-chaussée de la maison principale, un appartement a été reconstruit avec l’ameublement correspond à la période autour de 1900, car il n’y a eu que très peu de trouvailles antérieures à cette époque dans les deux parties du village. Ceci est dû à sa proximité avec l’ancienne capitale et siège royal de Karlsruhe. L’évolution de l’inventaire des matériaux, depuis les ustensiles et les meubles fabriqués à la main à l’échelle locale ou régionale jusqu’aux meubles et ustensiles produits en grandes quantités dans des usines ou de manière industrielle, peut être illustrée de manière frappante.

À l’étage supérieur, le développement général des deux quartiers jusqu’à l’époque récente est documenté au moyen de découvertes archéologiques, de documents, de cartes, de plans et d’objets. Le grenier est consacré aux outils et équipements utilisés dans les travaux domestiques, agricoles, forestiers et artisanaux. Les cultures typiques de cette région, comme le tabac, les asperges et les fraises, sont également abordées. On peut y admirer tous les équipements typiques des écuries et des étables, tels que les chariots, les charrues, les grands traîneaux, les machines à hacher et à nourrir et les équipements de pêche.

Horaires d’ouverts: Le dimanche de 11h à 16h / Entrée libre

Contact :
Leopoldstraße 12, D-76344 Eggenstein-Leopoldshafen

Katrin Kranich
Gemeinde Eggenstein-Leopoldshafen
Tel.: +49 721 97886-0
info@egg-leo.de
www.egg-leo.de

Le musée est situé sur la rive badoise du Rhin, à proximité immédiate des ponts rhénans de Karlsruhe / Wörth. Une raison suffisante pour accorder au thème de la « navigation sur le Rhin » une place particulière dans le musée. La collection qui s’y trouve est un véritable trésor de maquettes précieuses, fournissant des informations sur leur développement, de leur origine à nos jours.

Comme aucun autre endroit du Rhin supérieur, Maxau était sous les feux de l’actualité le 8 mai 1865. Le premier pont ferroviaire permettant le passage des bateaux sur le Rhin a été ouvert, ce qui a permis qu’en dehors du trafic  erroviaire, les grands cargos puissent continuer à circuler sur le Rhin sans problème. Une maquette détaillée et mobile montre comment le ponton était ouvert et fermé pour le trafic maritime.

C’est la variété des expositions et des thèmes qui rend le Knielinger Museum si attrayant. Dans presque tous les cas, il s’agit de pièces originales bien conservées, certaines ayant même une valeur de rareté exceptionnelle. On peut y découvrir de nombreux métiers anciens : un atelier de poterie complet, une cordonnerie et une sellerie. L’atelier de l’imprimeur est particulièrement impressionnant. On peut s’y faire une idée de la fascination et du mythe qui entourent l’imprimerie, du perfectionnement de l’impression typographique à la presse à platine « Original-Heidelberger-Tiegelautomat ».

À l’extérieur du musée se trouve le fournil. Le four à bois a été construit selon les modèles d’autrefois et est utilisé régulièrement.

Vous souhaitez vous plonger dans l’atmosphère à la fois pénible et romantique d’antan ? Alors venez découvrir la fête du musée et des récoltes qui se déroule chaque année le premier week-end de septembre. Grâce à de nombreuses machines et outils agricoles historiques, vous pourrez suivre les étapes du travail « du grain au pain », aider à la récolte des pommes de terre dans les champs, puis déguster les tubercules fraîchement récoltés cuits à la vapeur avec du « Bibbeleskäs ». C’est l’occasion d’observer de nombreux artisans faire la démonstration de techniques de travail anciennes.

Horaires d’ouverts:
Ascension jusqu’à fin sept., le dimanche de 14h à 17h
Tarif d’entrée à partir de 2 EUR
Entrée libre pour enfant jusqu’à 1,20 m

Contact:
Maxau am Rhein 24
D-76187 Karlsruhe
Ingrid Mühl
Tel.: +49 721 562269
ingridmuehl@googlemail.com
www.knielinger-museum.de

La vie des habitants de Neuburg a longtemps été conditionnée par le fleuve. Jusqu’en 1595, bien avant la rectification du cours du Rhin, le village ainsi que le poste de douane du Palatinat électoral étaient situés sur la rive droite du Rhin. Suite au passage percé au travers des méandres du Rhin, le village riverain de Neuburg est devenu quasiment une île au milieu du Rhin. C’est pourquoi, le dialecte (qui relève du passé linguistique alémanique) ainsi que l’orientation religieuse de cette époque (protestante) subsistent encore aujourd’hui. La relocalisation du village signifiait également pour les habitants, qu’ils devaient franchir le fleuve pour faucher leurs prairies. La traversée du Rhin se faisait par barque appelée « Grasnachen ». Vous pouvez admirer une telle barque aumusée – elle était utilisée pour transporter l’herbe fauchée, le foin ou le bois jusqu’au village.

Ce n’est qu’après la guerre de Trente Ans, que le village a été déplacé en 1657 à son emplacement actuel. Suite aux travaux de rectification du Rhin, initiés par Gottfried Tulla (passage percé à Neuburg en 1821), l’emplacement du village est resté une fois pour toutes sur la rive gauche du Rhin.

Situé à l’étage et à proximité de la mairie, le « Rheinaue-Museum » met en lumière cette thématique sur environ 500 m² d’espace d’exposition. En 2019, Neuburg a célébré son 800ème anniversaire sous le slogan « Le village, qui a franchi le Rhin » afin de perpétuer son histoire et les inoubliables souvenirs.

Horaires d‘ouverts:
Fév. à Déc., chaque 1er dimanche du mois et tous les jours fériés de 14h à 17h
Tarif d’entrée: 1 EUR

Contact:
Hauptstr. 50
D-76776 Neuburg am Rhein
Gerd Balzer
Tel.: +49 7273 919234
gerd.balzer@t-online.de
www.neuburg-am-rhein.de

En 2008, le musée de l’histoire de l’habitat dans la région PAMINA a ouvert ses portes à Rheinstetten-Neuburgweier. Il vous invite à visiter les différents sites d’une implantation villageoise sur le Rhin supérieur aux côtés du préfet fictif Gustav Schreiber. De telles visites sont documentées pour les villages de la région aux XIXe et XXe siècles et permettaient aux représentants des souverains respectifs d’évaluer les conditions dans les villages.

La première station conduit le visiteur à « Feld und Flur » (champ et prairie) et explique le développement des colonies humaines en fonction des conditions climatiques et géologiques. Les conditions d’implantation spécifiques liées à la situation sur le Rhin sont clairement présentées dans le domaine thématique « Rhin et berges ». La visite du village conduit ensuite les visiteurs au coeur des villages, sur la « place du village ». Les visiteurs suivent également le « préfet » dans la « maison et le foyer » d’un villageois. Les changements drastiques, qui ont conduit à l’énorme croissance de la colonisation, sont présentés dans la dernière étape du voyage à l' »Ortsetter », la délimitation du village.

Le musée rend l’histoire de l’habitat tangible et compréhensible. De nombreux objets historiques de la société d’histoire locale de Rheinstetten caractérisent la visite. Les stations médiatiques modernes vous invitent à vous attarder. Diverses stations d’activités pratiques inspirent notamment les plus jeunes visiteurs et rendent l’histoire accessible.

L’exposition permanente du musée est complétée par les collections de l’association d’histoire locale de Rheinstetten. Elles sont présentées sous les combles du musée et en dépôt dans le hangar du musée. Vous y trouverez de nombreux objets de la vie quotidienne des gens, ainsi que des outils utilisés dans l’agriculture et par les artisans.

Le programme du musée comprend des expositions spéciales, des programmes éducatifs, des conférences, des séances de narration et des excursions. Des visites spéciales sont également possibles en dehors des heures d’ouverture, sur demande. Le musée est accessible aux personnes en fauteuil roulant.

Horaires d’ouverts:
Chaque 1er et 3ème dimanche du mois de 14h à 17h – Fermé en janvier
Entrée libre

Contact:
Rheinstr. 16
D-76287 Rheinstetten
Stadtverwaltung Rheinstetten
Tel.: +49 7242 9514-450
museum@rheinstetten.de
www.rheinstetten.de/museum

Depuis 1815, le passage de la frontière entre l’Allemagne et la France signifiait une interruption involontaire, incommode et parfois coûteuse du voyage et des déplacements, en raison des contrôles frontaliers stricts et des droits de douane des deux côtés. Entre 1945 et 1991, le trafic frontalier entre Neulauterburg et la France a été traité d’abord dans des installations temporaires, puis dans ce bâtiment douanier à partir de 1956. Au début des années 1960, Neulauterburg est devenu le plus grand point de transbordement frontalier de Rhénanie-Palatinat. Plus de 60 douaniers travaillaient ici, rien que du côté allemand, pour le passage de la frontière et dédouanaient environ 50.000 camions par an, en plus du trafic de passagers.

À partir de 1985, le trafic de marchandises a été acheminé via le
nouveau point de passage du « Bienwald », près de Scheibenhardt, et à partir de 1991, plusieurs années avant la réalisation du marché intérieur de la CE, le contrôle frontalier pour le trafic de passagers a été supprimé à Neulauterburg.

Aujourd’hui, vous avez la possibilité d’interrompre volontairement votre voyage entre les deux États à la frontière près de Lauterbourg du côté allemand, plus précisément à Neulauterburg. Libéré de toutes contraintes liées aux formalités de passeport et de douanes, vous pouvez maintenant visiter le pavillon des douanes, l’ancien poste douanier, profiter d’une pause au restaurant attenant, et découvrir le petit musée.

Horaires d’ouverts:
Durant les heures d’ouverture du restaurant
Entrée libre

Contact:
Hagenbacher Str. 5a
D-76768 Neulauterburg
Verbandsgemeinde Hagenbach
Tel.: +49 7273 9410-0
E-mail: info@vg-hagenbach.de

La destinée singulière de Mothern s’est construite ici. Le paysage l’ignore et pourtant la frontière entre la France et l’Allemagne passe au milieu du fleuve. Visiter l’exposition et aller saluer le Père Rhin ensuite ou venir des bords du Rhin et découvrir les multiples aspects de l’histoire du fleuve, le parcours est troublant dans les deux sens.

La toile de Moritz Schwindt, représentant un troubadour de la chanson des Nibelungen entouré de ses principales villes et de ses affluents, accueille les visiteurs à l’entrée de l’exposition et invite à un voyage initiatique qui mêle histoire, contes et légendes.

Rive droite, rive gauche ? La grande maquette, une oeuvre d’art en bois, réalisée par Mato Suss (Martine Thomas), représente le fleuve depuis sa source dans le Massif du Gothard en Suisse jusqu’à l’embouchure de la mer du Nord.

Viennent ensuite Marianne et Germania, figures emblématiques de l’époque romantique : l’une coiffée du bonnet phrygien rouge, représente la Liberté et la Révolution Française, l’autre, Germania, symbolise l’Allemagne lors des guerres de libération contre les armées de Napoléon.

Elles veillent sur l’espace consacré à la « Guerre des plumes » qui oppose les écrivains romantiques français et allemands au XIX ème siècle : le Rhin «frontière» entre la France et l’Allemagne est alors un thème d’actualité pour les poètes, caricaturistes ou compositeurs !

L’espace au premier étage de la Maison de la Wacht est consacré aux contes et légendes du Rhin, comme celles de Lorelei ou de Lohengrin et des légendes locales comme le pont du diable ou la Dame du Rhin.

Le tourisme a été inventé à l’époque ou la vallée du Rhin devient une destination de voyage d’agrément à la mode. Les aristocrates anglais pratiquent à partir du XVIIème siècle le « Grand tour » qui les mène vers Rome et l’Italie en passant par la vallée du Rhin. Comment cette tradition donne naissance au tourisme est une histoire pittoresque racontée sur de grands panneaux illustrés de documents insolites : les guides, les cartes ou les rites des voyageurs.

Horaires d’ouverts:
Du lundi au vendredi de 13h30 à 17h30
Février à décembre : chaque 1er dimanche du mois de 14h à 17h
Tarif d’entrée 1 EUR

Contact:
7 rue Kabach
F-67470 Mothern
Office de Tourisme
N° tél. : +33 3 88 05 59 79
info@tourisme-seltzlauterbourg.fr
www.commune-mothern.eu

Le Hardtmuseum et l’Arbeitskreis Heimatpflege Durmersheim e.V. (AKH) existent depuis 1991.

Nos thèmes sont l’histoire locale de Durmersheim et Würmersheim, la piété populaire et le pèlerinage (avec référence à notre église de pèlerinage « Maria Bickesheim ») et la vie et le travail dans notre village vers 1900.

L’église de pèlerinage de Maria Bickesheim est un lieu de dévotion mariale très important depuis le Moyen Âge et était sous la protection spéciale des margraves du pays de Bade.

La piété populaire avec des idées souvent naïves et donc pas du tout chrétiennes était une chose vivante dans le passé et le reste aujourd’hui. Il existe de nombreuses expositions sur ce thème au Hardtmuseum. Le parcours chrétien de la vie, du berceau à la tombe en passant par la naissance, le mariage, la mort et la commémoration des morts, est également présenté dans le musée avec des textes et des objets correspondants.

Le musée présente également un appartement datant d’environ 1900 avec une cuisine, un salon, une chambre, une chambre d’enfant et une réserve. Notre salle de classe historique est particulièrement appréciée.

Le musée est situé dans une grande maison à colombages datant de 1725. Le Hardtmuseum est géré par la municipalité de Durmersheim, et l’AKH Durmersheim s’occupe du musée à titre bénévole. Nous sommes membres du comité de travail « Préservation du patrimoine » du Regierungspräsidium Karlsruhe (Conseil régional de Karlsruhe) et avons reçu le titre de « Musée exemplaire d’histoire locale » en 2011 et 2019.

Nous attachons une grande importance au travail de relations publiques avec des conférences d’histoire locale, des expositions, des brochures et des publications dans la presse. Nous organisons des soirées de lecture et une fête annuelle du musée, qui sont très populaires et bien fréquentées. La visite historique du village avec des panneaux d’information ainsi que notre service d’assistance pour les recherches familiales sont très populaires.

Horaires d‘ouverts:
Février à décembre: chaque 1er dimanche du mois de 14h à 17h
Entrée libre

Contact:
Ritterstr. 16
D-76448 Durmersheim
Josef Tritsch
Tel.: +49 7245 9167875
joseftritsch@web.de
www.ak-heimatpflege-durmersheim.de

Lors d’une sortie dominicale sur la piste cyclable PAMINA, faites un petit détour par le musée dans le nouveau centre-ville. Découvrez l’une des expositions spéciales multiculturelles du musée, qui est heureux d’accueillir des artistes étrangers aussi bien que des artistes locaux.

Dans l’ancienne église du quartier d’Illingen, le musée « Arbeit am Rhein » donne des informations sur les métiers typiques et historiques des habitants de la région du Rhin supérieur. La présentation esthétiquement sophistiquée explique les anciens métiers tels que l’orpaillage, la pêche, le tressage de paniers, la fabrication de sabots et l’agriculture.

Découvrez l’influence des changements fréquents du cours du Rhin sur le bonheur et le malheur des pêcheurs. Et saviez-vous que les orpailleurs souffraient souvent d’empoisonnement au mercure ?

Une particularité au passage : le vieux bateau de pêche en bois exposé dans le musée est toujours fabriqué de manière traditionnelle par notre entreprise locale Fischerbootsbau Hans Kircher.

La galerie du musée présente également la collection de médailles et les objets exposés de Heinz Fütterer, ancien sprinteur de classe mondiale, « sportif allemand de l’année » en 1954, médaillé de bronze olympique en 1956 au relais 4 x 100 m, triple champion d’Europe, « sportif du siècle » du pays de Bade et citoyen d’honneur de la municipalité d’Elchesheim-Illingen.

Horaires d‘ouverts:
De février à décembre: chaque 1er et 3ème dimanche du mois de 14h à 17h
Entrée libre

Contact:
Rheinstr. 34
D-76477 Elchesheim-Illingen
Gemeinde Elchesheim-Illingen
Tel.: +49 7245 9301-0
buergermeisteramt@elchesheim-illingen.de
www.elchesheim-illingen.de

L’espace d’exposition thématique aborde 3 pans de l’histoire de Seltz : l’époque celtique, romaine, et médiévale de l’An Mil. Il ne reste presque pas de traces visibles aujourd’hui mais le très riche passé de la ville se laisse deviner grâce aux nombreux objets originaux exposés.

Le site de Seltz, dominant le Rhin, au confluent de la Sauer et du Seltzbach, est habité depuis l’âge du bronze et du fer (1500 à 50 av JC). Saliso, qui comme son nom l’indique, était une agglomération en lien avec le commerce du sel, denrée précieuse qui transitait d’Est en Ouest et du Nord au Sud ! Située à l’orée de la forêt de Haguenau, plus grande nécropole tumulaire d’Europe, la forêt de Seltz, renferme une centaine de tumuli. Dans le musée l’un de ces tertres funéraires est reconstitué en coupe, avec la présentation des rites d’inhumations et de nombreux objets trouvés lors des fouilles. Une pièce exceptionnelle du bronze final est exposée, une épée de guerrier celte, avec un style unique.

A l’époque romaine, Seltz, ville gauloise, devient Saletio, avec un camp romain du Haut-Empire puis du Bas-Empire et des quartiers d’habitation et artisanaux. De très nombreux objets présentés dont des pièces, outils, ustensiles, bornes milliaires, attestent de l’importance de la ville située sur la voie romaine de l’axe Nord-Sud de la Germanie. Des panneaux illustrés avec les repères historiques expliquent bien cette situation stratégique.

L’espace consacré à l’An Mil est présenté dans une ambiance cosy, avec des fresques murales nous transportant dans un riche palais de l’époque, et une fabuleuse histoire nous est contée par des personnages inspirés des enluminures. Nous découvrons la riche vie d’Adélaïde, épouse du 1er empereur du St Empire romain germanique, Otton, grâce à l’arbre généalogique des Ottoniens. Des cartes sont présentées pour comprendre la situation géopolitique de l’époque, des anecdotes sur les oeuvres de la pieuse Adélaïde, comme la fondation de l’abbaye à Seltz, qui sera son lieu de sépulture à sa mort en 999, attirant de nombreux pèlerins après sa canonisation. L’importance de l’abbaye de Seltz avec ses possessions est expliquée et mis en lumière par les grandes dalles funéraires des puissants Princes-abbés !

Les enfants peuvent faire un voyage spatio-temporel ludique, en se déguisant avec des habits de l’époque de l’impératrice Adélaïde !

Horaires d’ouverts:
Lundi à vendredi : 9h à 12h et 13h30 à 17h30
Juillet et août : ouvert uniquement les matins
Avril à octobre : chaque 1er dimanche du mois de 14h à 17h
Tarif d’entrée : 1 EUR

Contact:
2 Av. du Général Schneider
F-67470 Seltz
Office de tourisme
N° tél. : +33 3 88 05 59 79
info@tourisme-seltzlauterbourg.fr
www.tourisme-pays-seltz-lauterbourg.fr

Dans ce petit musée, vous pouvez découvrir des choses étonnantes sur le village de « Steinmauern d’autrefois ». La Murg et le Rhin ont façonné l’histoire, le caractère et la culture de Steinmauern depuis des siècles. Le radelage, l’un des facteurs économiques les plus importants, a permis aux citoyens de Steinmauern d’acquérir prestige et prospérité. Dans le Flößereimuseum, des expositions remarquables rappellent l’âge d’or de Steinmauern – des reliques de son passé culturel vous y attendent.

Le Flößereimuseum de Steinmauern se distingue par ses maquettes détaillées et fabriquées à la main. Le « Kapitalfloß », ou radeau capital, appelé ainsi en raison de sa longueur considérable (jusqu’à 380 mètres), était attaché en aval de Coblence et présentait un équipage d’environ 500 personnes. La place du bois de Steinmauern était le lieu de rencontre des radeleurs, des cochers et des marchands de bois, qui venaient souvent de loin. C’est aussi là qu’étaient assemblés les radeaux du Rhin. Un métier que les habitants de Steinmauern maîtrisaient comme personne.

Une salle est dédiée à Karl Julius Späth, le constructeur d’une magnifique horloge à calendrier astronomique, unique en son temps. En tant qu’autodidacte, ce bricoleur et inventeur de Steinmauern a passé 19 ans à construire cette horloge, véritable merveille de mécanique, d’artisanat et de connaissances techniques, composée de 2 000 pièces. Vous pouvez voir la réplique au Flößereimuseum, l’original se trouve au musée de la ville de Rastatt.

Découvrez aussi sa facette de poète inspiré, dans la salle Karl-Julius Späth spécialement décorée. Outre son journal manuscrit, vous y trouverez sa correspondance avec l’empereur Guillaume Ier. Ce dernier était si enthousiaste à propos de sa construction qu’il lui avait envoyé 300 marks. Émerveillez-vous devant l’histoire d’une vie marquée par les railleries et la persécution.

En marge de ses plans de construction, Karl Julius Späth décrit luimême l’oeuvre de sa vie de la manière suivante : « Toutes les parties de mon oeuvre sont construites comme les plus beaux ornements. Tout ce que la main du maître peut réaliser demande un travail acharné et de l’amour ! »

Horaires d’ouverts:
Mars à novembre: chaque 1er dimanche du mois de 14h à 17h
Entrée libre

Contact:
Haupstr. 82
D-76479 Steinmauern
Claus Flößer
Förderverein Flößereimuseum e. V.
Tel.: +49 7222 21495
floessermuseum@gmx.de
www.steinmauern.de

Le Riedmuseum Ottersdorf a été inauguré en 1994. Il est composé d’une ferme avec un moulin à huile, typique de la région, construite au milieu du XVIIIe siècle et d’un espace muséal dans la grange, qui aborde la rectification du Rhin.

La maison d’habitation à colombages au Kirchplatz 6 a été conservée avec le mobilier d’origine du dernier occupant. Elle abrite également ce que l’on appelle l’« Altenteil » (quartier des anciens), où vivait autrefois l’ancienne génération des propriétaires de la ferme. Elle avait sa propre cuisine avec un grenier où l’on stockait les vivres jusqu’à la prochaine récolte. Avec la grange, le moulin à huile et la porcherie, c’est un ensemble rural avec de nombreuses attractions qui peut être visité ici.

Le moulin à huile a été ajouté à l’exploitation en 1863 et, en plus de l’élevage, de la tonnellerie et de la distillerie, a permis d’assurer une autre activité secondaire à la famille. En tant que moulin de service, il transformait en huile les graines oléagineuses livrées par les agriculteurs d’Ottersdorf, telles que le colza, le pavot, les graines de lin ou les noix. Le moulin a été utilisé jusqu’en 1911, lorsque les huiles produites industriellement ont rendu l’entreprise non rentable.

Le musée situé dans la grange est consacré au redressement du Rhin par Johann Gottfried Tulla. Les aspects techniques, culturels-historiques et écologiques y sont abordés. Bien que cette mesure ait amélioré les conditions de vie des habitants du Ried, elle a modifié de façon permanente le paysage naturel. L’utilisation économique du Rhin comme voie de navigation s’est développée, la richesse en espèces de la flore et de la faune a diminué dans la forêt alluviale typique. Une grande maquette du Rhin avec un système d’inondation manuelle permet de visualiser la comparaison entre le Rhin régulé et le débit original. Des plans et des cartes complètent l’histoire mouvementée du Rhin.

Le Riedmuseum comprend également le chaland à anguilles « Heini », qui est ancré dans un bras du Rhin près de Wintersdorf. Construit en 1932 spécialement pour la pêche à l’anguille aux Pays-Bas, le « Heini » a ensuite été utilisé sur le Rhin supérieur entre 1956 et 1991. Depuis 1991, le naviremusée documente l’histoire de la pêche régionale grâce à son mobilier d’origine avec cuisine, salon et dortoir.

Horaires d’ouverts:
Mars à octobre: vendredi, samedi, dimanche et jours fériés de 14h à 18h
Aalschokker Heini: uniquement sur réservation
Tarif d’entrée 3 EUR

Contact:
Am Kirchplatz 6
D-76437 Rastatt-Ottersdorf
Iris Baumgärtner
Tel.: +49 7222 9728401
museen@rastatt.de
www.rastatt.de/riedmuseum

Par une belle journée d’automne, en octobre 1770, naît l’idylle amoureuse entre Johann Wolfgang von Goethe et Friederike Brion, la fille du curé de Sessenheim. Leur histoire reste liée à Sessenheim jusqu’à ce jour. Goethe était étudiant à Strasbourg à l’époque. Une excursion à cheval avec son ami alsacien Friedrich Leopold Weyland le conduit au presbytère de Sessenheim, où il rencontre Friedericke.

Au cours des mois suivants, Goethe fait de nombreuses autres promenades à Sessenheim, qui sont suivies de séjours prolongés dans la maison Brion. En toute discrétion, Friederike et lui se promenaient dans les environs, faisaient des excursions en bateau dans les vastes prairies du Rhin et rendaient visite aux proches de Friederike. L’année suivante, la petite ville devenait le « centre de la terre »pour Goethe. Cependant, l’histoire d’amour ne durera pas longtemps pour l’instable Goethe. Le 7 août 1771, il vit Friederike pour la dernière fois avant de retourner chez lui à Francfort. Un adieu avec les larmes aux yeux et des nausées à l’estomac, comme Goethe l’a admis plus tard.

De nombreuses pièces de collection privées, témoins contemporains de cette intense liaison, ont motivé Wilhelm Gillig à fonder le musée Goethe en 1890. De nombreux écrits originaux tels que des poèmes, des lettres de l’époque, des images et des gravures, une vaste bibliothèque de livres de Goethe ainsi que la chaire, la croix et la girouette de l’ancienne église de Sessenheim font partie des objets exposés. D’ailleurs, les bancs d’église de l’époque sont aujourd’hui utilisés dans le restaurant « Auberge au Boeuf ».

Zahlreiche private Sammlerstücke als Zeitzeugen dieser Intensiven Liaison motivierten 1890 Wilhelm Gillig zur Gründung des Goethe-Museums. Viele Originalschriften wie Gedichte, Briefe aus jener Zeit, Bilder und Stiche, eine umfangreiche Bibliothek mit Goethe-Büchern sowie Kanzel, Kreuz und Wetterhahn der alten Sessenheimer Kirche gehören zu den ausgestellten Exponaten. Die damaligen Kirchenbänke finden übrigens heute Verwendung im Restaurant „Auberge au Boeuf“.

En 1953, le musée a été repris par Nora et Wolfgang Sautter et est dirigé par leur fille Christiane Sautter-Germain depuis 1986. Depuis 2015, le musée est abrité dans un local annexe du restaurant, qui offre plus de surface d’exposition.

Horaires d’ouverts:
Il sont les mêmes que celles du Restaurant „Auberge au Boeuf“ :
Mercredi de 19h à 21h, Jeudi à dimanche de 9h30 à 15h30 et 19h à 21h
Entrée libre

Contact:
1 rue de l’Eglise
F-67770 Sessenheim
Madame Christiane Germain
N° tél. : +33 3 88 86 97 14
contact@auberge-au-boeuf.com

Offendorf, le village des bateliers – cette activité, attestée depuis le 16ème siècle, s’est développée de façon significative au cours de la première moitié du 19ème siècle avec la conversion de bon nombre de passeurs et de pêcheurs d’Offendorf en bateliers navigant sur le Rhin.

Cependant les mariniers d’Offendorf resteront avant tout sur les canaux avec des bateaux de type Freycinet. Leur activité atteint son apogée en 1960. Elle occupe alors 600 personnes, soit le tiers de la population de cette cité rhénane devenue le plus grand village de mariniers de l’Est de la France.

De retour dans leur village d’origine, les bateliers d’Offendorf par le prisme de leur Association « le Cercle Amical des Bateliers Réunis d’Offendorf » apportent de précieux témoignages sur la vie à bord transmettant avec émotion, passion et nostalgie l’histoire de leur profession.

En 1987, la municipalité d’Offendorf a fait l’acquisition d’une péniche « le Padova », anciennement appelée Saint Antoine de Padou. Construit en 1931, le bâtiment a appartenu à une famille du village. Ce bateau, sauvé du déchirage est amarré sur le Muehlrhein tout près d’un mât, que le chantier naval « SCAR » a offert à la commune en 1959.

Inauguré en août 2001, le musée de la Batellerie, installé dans la péniche rebaptisée CABRO, du nom de l’association gestionnaire du lieu, constitue le point d’orgue de l’hommage rendu aux bateliers et mariniers d’Offendorf.

Embarquez pour la découverte du métier de batelier et de la vie de famille à bord. Bon voyage !

Horaires d’ouverts:
Mai à septembre les samedis, dimanches et jours fériés – visites guidées seulement sur demande
Tarif d’entrée : 3,50 EUR

Contact:
15 Quai des Bateliers
F-67850 Offendorf
Raymond Friedmann
N° tél. : +33 3 88 96 75 14 ou
+33 6 98 44 83 86
raymond.friedmann@orange.fr
www.offendorf.fr

Sie spenden an : Rheinpark

Welchen Betrag möchten Sie spenden?
Möchten Sie regelmäßig spenden? Ich möchte spenden
How many times would you like this to recur? (including this payment) *
Vorname *
Nachname *
eMail *
Telefon
Adresse
Sonstige Angaben
paypalstripe
Loading...