Les saulaies

L'arbre dominant dans les régions marécageuses du bord du Rhin est le saule blanc. Le projet »gestion conservatoire des saulaies« dont le maître d'ouvrage est l'association Parc Rhénan PAMINA, a pour objectif de mettre en valeur la spécificité de cette arbre unique.

Le saule argenté (salix alba) est un grand arbre à la cime élancée et peut atteindre 30 mètres de hauteur. Ses feuilles longues et étroites couvertes d'un fin duvet soyeux, s'agitent à la moindre brise et renvoient des reflets d'argent d'où sont nom le saule argenté.
Le Saule Argenté se développe de préférence dans les zones humides, le long des rivières et des fleuves sur des terrains régulièrement inondés. Il forme alors un peuplement forestier typique des plaines alluviales: la forêt à bois tendres. Parmi les grands arbres forestiers, le saule argenté est l'un des rares à tolérer les inondations longues. Avoir le pied dans l'eau n'entrave pas sa croissance. Il supporte 190 à 300 jours d'inondation par an avec des niveaux d'eau importants atteignant 4 mètres, voire plus.

Les milieux favorables se raréfient
De nos jours, le saule se régénère difficilement faute de milieux favorables. Au cours du siècle écoulé, et particulièrement depuis une cinquantaine d'années l'homme a profondemment modifié la dynamique naturelle des cours d'eau. Le recalibrage du lit des rivières, l'arrachement des berges, le drainage des zones humides ont considérablement réduit la surface des terres inondables. Ainsi en Allemagne il ne subsite plus que 10 % des surfaces alluviales d'origine. C'est pourquoi le saule argenté a obtenu en 1999 le titre »d'arbre de l'année«. L'institut WWF pour la protection des plaines alluviales créée en 1985 et les services forestiers français et allemands se mobilisent pour lutter contre la destruction des zones humides. Ces efforts ont abouti à de réels succès notamment dans les plaines de la Loire, du Danube, de l'Elbe et du Rhin. Des forêts alluviales ont ainsi été préservées et parfois reconnectées au fleuve, permettant la restauration des conditions naturelles de la dynamique des eaux.

Le tolérance du saule argenté aux inondations
Le saule argenté resiste particulièrement bien aux brusques variations du niveau d'eau et supporte des inondations prolongées. La tige de saule, souple dans le jeune âge plie sous l'action des flots impétueux mais ne se rompt pas. Plus agé, l'arbre est solidement accroché au sol par ses puissantes racines. Le saule possède aussi la capacité végétative d'émettre le long de son tronc ou de ses branches de fines racines qui accompagnent la montée des eaux. Elles nourriront l'arbre avec l'oxigène et les sels minéraux dissouent dans l'eau. L'étiage revenu, ces radicelles forment d'épais lacis filamenteux qui pendent au vent d'où leur nom de moustaches.

Un arbre providentiel pour l'homme
Depuis les temps anciens les hommes savent tirer parti du saule argenté pour des usages trés variés. Le saule fleurit très tôt au printemps et offre aux abeilles les premières fleurs au sortir de l'hiver. Les petits chatons jaunes apparaissent dès le mois d'avril. Le saule est un arbre mellifère très prisé des apiculteurs. Les jeunes branches des saules, longues et souples, servaient à tresser des paniers. On les utilisait également comme canne à pêche. Avec le bois tendre du saule le sabotier fabriquait des sabots très appréciés pour leur légèrté. Les vertues médicinales de l'écorce du saule sont connues depuis l'antiquité pour soulager la douleur et les fièvres. Elle contient naturellement de la salicine, l'un des composants de l'acide acétylsalicylique plus connu sous le nom d'aspirine. De longs scions de 4 à 5 mètres de longuer appelés aussi fascines étaient tressés entre des pieux enfoncés au pied des berges ou des digues jusqu'à former une véritable paroi végétale vivante capable d'empêcher l'eau d'emporter les terres. En effet, les jeunes branches de saule même tressées conservent une vigueur végétative telle qu'elles peuvent s'enraciner et produire de nouvelles tiges. Avec le temps les fines racines formeront un épais écheveau qui protègera de manière naturelle la rive.

Les Saules têtards
Autrefois les saules argentés étaient cultivés en arbres têtards. Les hommes taillaient à intervalle de 5 à 10 ans toutes les branches du saule ne laissant subsiter qu'un tronc d'environ 1,50 mètre de hauteur. Cette taille avait pour effet de favoriser la repousse des fines branches qui étaient ensuite récoltées et utilisées en vannerie. Au sommet du tronc, au niveau de la coupe, il se formait au fil du temps un volumineux bourrelet de cicatrisation. C'est ce bourrelet sphèrique qui donne au saule têtard sa forme caractéristique.
Dans la plupart des plaines alluviales et notamment dans la vallée du Rhin ces saules têtards sont une composante typique du paysage.
Aujourd'hui, bien qu'ayant perdu tout intérêt économique, la pratique de la taille est pérpétuée dans un but culturel, mais aussi pour conserver l'aspect des paysages.

Un habitat pour de nombreux animaux
Le saule têtard reste cependant un hote irremplacable qui offre aujourd'hui encore un grand nombre d'habitats à tout un monde animal et végétal. Ainsi des coléoptères et quantités de larves comme le capricorne musqué trouvent refuge dans les fentes et les cavités de son tronc. La chenille du cossus gâte-bois, avant de devenir un papillon de nuit, se développe dans les vieux saules entre l'écorce et le bois où elle creuse de nombreuses galeries. Perforé, le bois est impropre à tout usage d'où son nom de gâte-bois. Les saules et la mutitude d'insectes qu'ils abritent sont également un garde-manger providentiel pour les oiseaux. Les oiseaux cavernicoles comme la mésange des saules, la bergeronette grise, le rouge queue à front blanc amènagent leur nid dans les cavités des vieux saules. La chouette chevêche et la chouette hulotte font de même. On estime qu'un saule têtard peut heberger et nourrir jusqu'á 200 espèces animales. Le terreau accumulé au fil des années dans les infractuosités des vieux saules tétards forme un substrat fertile où se développent des mousses, des fougères et même des buissons comme le sureau.

Carte du territoire

Contact